Rechercher
  • Carrosserie de l'Estagnol

Bientôt un radar pour détecter l'alcool au volant ?...


Mobiles ou embarqués, les radars se présentent sous différentes formes.

Ils ne cessent de se perfectionner au fil des avancées technologiques pour gagner en précision et en efficacité.

Peu importe le modèle, le principe reste le même : en cas d’excès de vitesse, le radar se déclenche automatiquement pour relever la vitesse du véhicule et son immatriculation.

Faudra-t-il bientôt compter sur un autre outil de répression radar, cette fois dans la lutte contre l'alcoolémie au volant ?

Dans une étude publiée en mai par le Journal of Applied Remote Sensing, Jaroslaw Mlynczak, Jan Kubicki et Krzysztof Kopczynski, trois spécialistes polonais des lasers, décrivent l'expérience grandeur nature qu'ils ont menée.

Le principe est un peu le même que celui d'un éthylomètre : on analyse l'air exhalé pour voir s'il contient de l'éthanol car, après avoir transité par le système digestif et être passée dans le sang, une partie des molécules d'alcool ressort via les poumons.

La difficulté de l'exercice consiste à réaliser cette analyse à distance, sans arrêter la voiture. Pour y parvenir, ces chercheurs s'appuient sur la spectroscopie.

L'idée des chercheurs polonais est donc d'installer un appareil sur le bord de la route envoyant un laser dont la longueur d'onde correspond à celle de la raie d'absorption de l'éthanol.

Le rayon traverse l'habitacle et il est réfléchi par un miroir de l'autre côté de la chaussée.

Le laser voyageant à la vitesse de la lumière, il a largement le temps de retraverser la voiture dans l'autre sens avant qu'elle ne soit passée, ce qui va amplifier son absorption en cas de présence d'alcool, puis il termine sa course dans un récepteur qui analyse le spectre.

En plus de l'alcool, l'appareil tient compte du dioxyde de carbone et de la vapeur d'eau émis par la respiration, ainsi que des vitres.

Lors de l'expérience grandeur nature qu'ils ont effectuée, ces trois scientifiques sont restés sobres.

Ils se sont contentés d'installer dans la voiture un récipient contenant une solution faiblement alcoolisée, laquelle, en s'évaporant, a simulé les exhalaisons chargées en éthanol.

Les résultats montrent que le dispositif est assez sensible pour détecter l'équivalent de ce que rejetterait un humain ayant 0,1 gramme d'alcool par litre de sang.

Pour rappel, en France, il est interdit de conduire avec un taux égal ou supérieur à 0,5 g/l.

Si l'analyse est positive, le système envoie à une patrouille un message contenant une photographie du véhicule et de sa plaque d'immatriculation.

En revanche, il ne fait pas la distinction entre de l'alcool expiré par un individu et un simple verre d'alcool présent dans le véhicule.

A charge pour les policiers d'arrêter ensuite la voiture et de vérifier le taux l'alcoolémie du conducteur avec un éthylomètre conventionnel.

Il est à noter que le radar est en phase finale de développement et qu'à terme, il pourrait équiper toutes les forces de police.


0 vue

© carrosserie de l'Estagnol 2014-2020 Copyright © Tous droits réservés